La notion de richesse

Dans notre société on nous parle régulièrement de « création de richesse ». Mais qu’est ce que la richesse ? Une oeuvre d’art ? Le savoir ? La santé ?

Dans notre société actuelle on parle généralement du PIB et du PIB par habitant.

Mais le PIB ne veux en fait rien dire et sert uniquement à calculer un volume de dépense dans certains secteurs. Une inondation va générer du PIB car il va falloir réparer les dégâts et payer les artisans pour cela. Doit on considérer pour autant que les victimes de ces catastrophes naturelles se sont enrichies ? Doit on considérer que la nation et le pays s’est enrichie ?

Probablement pas selon moi. Cela va générer de l’activité économique et de l’emploi, mais il aurait été probablement préférable que les personnes ayant réalisé les chantiers aient pu se reposer chez elles et que l’inondation n’ait pas lieu.

Maintenant essayons de prendre un cas de figure dans notre « Colonie » pour essayer de définir au niveau collectif ce qui pourrait être considéré comme de la richesse.

Cette communauté a besoin de nourriture, de meubles, de se loger etc. Pour y arriver elle a besoin soit de produire elle même ce dont elle a besoin ou de les acheter à l’extérieur de leur groupe.

 

Pour l’artisanat par exemple. Cette communauté est en mesure de produire elle même ses meubles à partir de ses propres forêts, elle est autonome et réponds à ses besoins. Le travail des différentes personnes impliquées dans le processus de création va apporter un plus à cette communauté. Pour une entreprise on pourrait considérer comme qu’elle augmente ses actifs car elle va augmenter le total de ses possessions.

D’ailleurs si la communauté avait choisit d’acheter ce meuble à l’extérieur cela lui aurait coûté de l’argent, ce qui aurait engendré une perte de richesse pour la communauté.

 

L’éducation ou la recherche, sont elles des richesses ? A la base quand un enfant va apprendre à lire il ne va rien créer. Le professeur ne va rien créer de concrets non plus. Ni le chercheur d’ailleurs.

Par contre dans l’avenir cet élève sera lui même capable de travailler grâce à son savoir, ou la recherche permettra de produire mieux, de nouvelles choses. Par conséquent il n’y a pas vraiment de création de richesse mais il y’a très nettement une amélioration de la communauté dans le temps.

Ce n’est pas de la richesse au sens strict mais cela permettra probablement d’en créer, ou de réduire les coûts pour en produire dans le futur.

 

Les services ? Les services ne créent aucune richesse au sein d’une même communauté. Quand vous allez chez un coiffeur ce dernier ne crée strictement aucune valeur ajoutée. Par exemple au sein de notre communauté si quelqu’un coupe les cheveux d’une autre personne cela n’aura généré strictement aucune richesse au sein de la communauté. Admettons que le coiffeur se fasse payer 50€, ces 50€ auront simplement changé de poche au sein de la communauté, mais au niveau global il n’y aura aucune différence.

Là où le service devient intéressant c’est lorsqu’on le vend à des personnes en dehors de la communauté. Soit en allant apporter ce services chez eux, ou alors en accueillant des gens extérieurs qui vont payer pour ce service.

Revenons à notre coiffeur. Lorsqu’il fait une coupe au sein de la communauté cette dernière (la communauté) ne s’est absolument pas enrichie. Par contre si quelqu’un d’extérieur se fait couper les cheveux et paie 50€, là pour le coup la communauté se sera enrichie de 50€. Le coiffeur dans ce cas aura crée de la richesse. Appliqué à notre société actuelle c’est ce que fait le tourisme par exemple. Le tourisme fait entrer des capitaux au sein de la communauté nationale.

Alors oui on ne peux toujours pas parler de création de richesse au sens strict, mais plutôt de captation de capitaux. Au final la communauté dans son ensemble aura fait augmenter sa richesse, en argent tout du moins.

La principale différence étant que pour obtenir cette création de richesse il a fallu appauvrir une autre communauté. Ce  qui n’est pas le cas dans le cas d’une économie durable comme notre Colonie qui a sa propre forêt et produit ses meubles à partir de son bois. En produisant ses meubles la communauté a crée de la richesse, a répondue a ses besoins sans appauvrir personne d’autre.

 

L’exploitation des ressources naturelles est elle une création de richesse ? Ce cas est plus compliqué, car si les matières premières une fois extraite permettent effectivement de créer de la richesse en transformant le produit, cela appauvrit également la communauté qui a extrait ces ressources. Tout du moins cela pénalise le futur de la Colonie, car quand les ressources dites « non renouvelables » seront détruites, il ne sera plus possible de produire tout ce qui découle de ces matières premières.

Par conséquent c’est un modèle économique qui ne pense qu’au présent. Pour pérenniser un tel modèle il faut soit tenter de trouver des méthodes alternatives à base de ressources renouvelables, ou alors trouver un moyen d’améliorer notre accès à l’espace pour pouvoir ensuite exploiter les ressources au delà de notre planète. Que ce soit les autres planètes ou les astéroïdes.

 

Pour conclure je reviens à notre histoire d’inondation appliquée au sein de la Colonie. Si une inondation survient cela va engendrer du travail pour faire les réparations, cela va entrainer de la destruction de biens (meubles / maison / …). Appliqué à notre modèle de Colonie on voit tout de suite qu’il n’y a strictement aucune création de richesse dans cet évènement. Cela engendre même un accroissement du travail nécessaire et du temps en moins pour sois ou pour d’autres choses.  Alors que dans notre économie actuelle une catastrophe naturelle est création de richesse ! A minima pour ceux qui vendent leurs produits pour réparer.

Au final la notion de richesse existe bel et bien, mais nous avons totalement oublié ce qu’est la richesse pour les Hommes et les communautés pour ne plus penser qu’à la richesse en terme d’économie de marché…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *